Importation de légumineuses sèches : L’exclusivité à l’OAIC

Variety kinds of natural cereal and grain seed in sack and dark tone, for clean food raw material and agricultural product concept

Le ministre du Commerce, Kamal Rezig, a déclaré que l’exclusivité de l’importation de légumineuses sèches pour les industriels revient à l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). Le ministre du Commerce a indiqué, lors de son passage à la télévision publique, que cette décision n’a pas été prise en 2023, mais plutôt depuis l’an dernier par les hautes autorités du pays. Il a été appliquée en deux parties. La première partie concerne l’exclusivité de l’importation des légumineuses par l’OAIC. Il s’agit en fait de ce qui est appelé communément « acheter pour vendre  » dont l’exclusivité a été accordée à l’Office. Cette mesure a été prise en exécution des instructions du président de la république qui a ordonné, depuis l’année 2021, au gouvernement de prendre des dispositions immédiates pour une meilleure protection du pouvoir d’achat des citoyens.

Le ministre du Commerce, Kamal Rezig, a déclaré que l’exclusivité de l’importation de légumineuses sèches pour les industriels revient à l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). Le ministre du Commerce a indiqué, lors de son passage à la télévision publique, que cette décision n’a pas été prise en 2023, mais plutôt depuis l’an dernier par les hautes autorités du pays. Il a été appliquée en deux parties. La première partie concerne l’exclusivité de l’importation des légumineuses par l’OAIC. Il s’agit en fait de ce qui est appelé communément « acheter pour vendre  » dont l’exclusivité a été accordée à l’Office. Cette mesure a été prise en exécution des instructions du président de la république qui a ordonné, depuis l’année 2021, au gouvernement de prendre des dispositions immédiates pour une meilleure protection du pouvoir d’achat des citoyens. A ce titre, le président de la République a ordonné immédiatement la réduction de l’impôt sur le revenu global (IRG), l’augmentation du point indiciaire dans la Fonction publique et la coordination étroite entre les ministères du Commerce et de l’Agriculture en vue d’assurer un contrôle maximal sur les produits agricoles, les légumineuses et les pâtes alimentaires. Par ailleurs, le Président Tebboune a chargé le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, d’élaborer le projet de loi relatif à la lutte contre la spéculation avec des peines allant jusqu’à 30 ans pour ceux qui jouent avec le gagne-pain des Algériens, qualifié de « crime à part entière ». Il faut noter que la filière des légumineuses, a enregistré une production de 1,2 millions de quintaux, soit une hausse de +20 % par rapport à la précédente saison. Le ministre du Commerce a ajouté que l’OAIC a acquis de l’expérience dans l’importation destinée à la revente en l’état. Il a ajouté que tout grossiste ou détaillant peut se rendre à l’Office pour acheter et vendre des légumineuses. Par conséquent, le gouvernement a décidé de ne pas appliquer immédiatement l’exclusivité. Ainsi, la deuxième partie a été mise en œuvre durant l’année en cours, a affirmé le ministre. Car la mise en œuvre de cette décision se fait en coordination entre les industriels professionnels, qui sont au nombre de 10 opérateurs et l’OAIC afin de convenir des modalités de la mise en application de cette décision, soulignant qu’aucune société n’a été empêchée de l’activité. Le ministre du Commerce a expliqué que le but de cette décision est d’éliminer le populisme lié à ce type d’importations, d’autant plus que, parfois, de gros volumes et des quantités énormes sont importées à des montants insoutenables. L’autre objectif, c’est évidemment, de préserver le pouvoir d’achat du citoyen et d’encourager le produit national. Pour sa part, le ministre a rassuré les opérateurs économiques que tout ce qui concerne leur approvisionnement en matières premières leur parviendra à 100%, en coordination avec le programme de l’Office et suivant le temps que nécessitera cette opération.
B.K
))))))))))))))))

Produits d’emballage
Cap sur l’exportation
Le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig a inauguré, dimanche à Alger, la première édition du Salon de conditionnement, d’emballage et d’empaquetage des produits algériens destinés à l’exportation « Packaging Expo », organisé au Palais des expositions « Safex » aux pins maritimes avec la participation de près de 50 sociétés activant en la matière issues des différentes régions du pays. A cette occasion, M. Rezig a affirmé que cette manifestation économique organisée par l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), constituait « une opportunité pour faire connaitre les matières et techniques utilisées en matière de conditionnement, d’emballage et d’empaquetage, outre le renforcement de cette industrie, l’encouragement de l’investissement et l’augmentation de la valeur ajoutée et de la qualité des produits algériens destinées à l’exportation ». L’emballage revêt une « importance majeure » dans la commercialisation des produits aux niveaux local et international, car lui conférant un avantage concurrentiel sur les marchés extérieurs où les conditions d’emballage des produits alimentaires sont strictes », a-t-il ajouté. M. Rezig a précisé, par ailleurs, que les exportations de l’Algérie en matière de produits de conditionnement et d’emballage avaient atteint 42 millions de dollars en 2021 et durant les 11 premiers mois de 2022, soit 21 millions de dollars/mois. S’agissant des produits de conditionnement et d’emballage en plastique, le ministre a souligné que les exportations, en la matière, avaient augmenté de 36% (près de 9 millions de dollars), alors que les exportations des produits d’emballage et de conditionnement en papier et en carton avaient grimpé à 4,5 millions de dollars. Il a été procédé, selon lui, à l’exportation de produits d’emballage fabriqués en bois, en liège, en verre, en métal, outre les bouteilles, les caisses entre autres produits. Les produits en question ont été exportés vers 57 pays, à leur tête la Tunisie (53%), la Libye (5%) et la Turquie (5%), ce qui a permis d’augmenter les revenus financiers de plus de 150 entreprises activant dans cette filière. Le responsable chargé de la gestion d’ALGEX, Houari Abdellatif, a déclaré à l’APS qu’il était prévu, dans le cadre du Salon qui s’étalera du 12 au 15 février, l’organisation de rencontres regroupant «les exportateurs dans cette filière et les représentants des instances publiques pour écouter leurs préoccupations et propositions en vue de mieux les prendre en charge», ajoutant qu’une invitation a été adressée aux représentants du corps diplomatique accrédité en Algérie pour s’enquérir des produits algériens propres à cette filière. L’ouverture du Salon s’est déroulée en présence du directeur général de l’Agence algérienne de promotion de l’investissement (AAPI), Omar Rekkache, du secrétaire général de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Hazab Benchahra et des représentants de plusieurs secteurs ministériels, instances publiques, associations professionnelles et des patronats.
R.E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *